.
Nous y sommes...
... l'humanité va mourir... sauf si...

Eh bien voila nous y sommes presque ! La Cupidite globale et plus particulierement de certains est entrain de detruire l'humanité !
Reflechissons un peu :...
FINANCEMENTS PUBLICS
Le financement des etats par le système financier privé est certes un risque pour les peuples car ils sont exposés à la cupidité des financiers privés.
En conséquence il est INDISPENSABLE de REVENIR AU FINANCEMENT PUBLIC des etats avec des organismes et etablissements publics.
MAIS cette DISPOSITION NE PEUT PAS SUFFIRE.
Tout simplement parcequ'un système public sera dans certains cas insuffisant et qu'un complément privé peut s'avérer utile a condition de ne pas en etre totalement dependant et soumis...
Mais aussi et surtout parceque les speculateurs pourront encore tendre des pièges aux organismes financiers pour brandir des menaces susceptibles d'impliquer les politiques et les etats
.

TAXATIONS FINANCIERES
La taxation des transactions financieres EST UNE SOLUTION pour procurer des budgets publics.
MAIS elle NE SOLUTIONNE PAS COMPLETEMENT LE SYSTEME.
Les spéculateurs intégreront cette taxation - quelle qu'elle soit - et le délire continuera de toute façon.
L'autre risque de cette taxation est de générer des budgets susceptibles d'alimenter des gabeggies collectives illimitées au profit de responsables qui peuvent être eux aussi extrêmement cupides.
Et cela, <au nez et a la barbe> de ceux qui les ont élu (peuples bernés par des simili démocraties).

LES SYSTEMES MONETAIRES
Les systèmes monétaires sont totalement à la dérive. Bien que totalement injuste, il restait une seule justification à un sytème planétaire basé sur un dollar papier.
Les US devaient avec leur planche à billets protéger le monde économique.
La contre-partie de cette obligation était gigantesque puisqu'elle leur assurait la suprématie planétaire...
Mais, ils ont gravement failli, et cela est difficilement pardonnable.
Avec leur subprime (produits pourris) et la dérive qu'ils ont enclenché sans compenser avec leur énorme pouvoir 'dollar' ils ont abandonné le monde a la cupidité financière qui détruit les peuples et les fera <mourir> inexorablement.

L'IMPACT sur les PEUPLES
Le plus inacceptable c'est l'impact sur ceux qui ne participent pas aux marchés, car ils subissent quand même le racket financier avec les pénalités fiscales ou les restrictions imposées par les politiques.
Il existe peu de moyens pour les responsables politiques de SAUVER leurs peuples d'un racket mondialisé par des financiers dévoyés.
Les peuples qui ne veulent pas <mourir> doivent exiger <revolution a l'appui, si nécessaire> une vraie démocratie avec des médias honnêtes (internet peut aider).
Grace a cette democratie honnête ils doivent ELIRE des politiques <sous controle quasi permanent> de grande valeur capables de pressentir les solutions humanistes veritables, hors des polémiques fumeuses et des effets de COMM basés sur les mensonges <pour avoir l'air de...> tout en étant capable de rien.

A ces politiques la, <qui, je le souhaite et l'espere encore, seront les prochains elus> je dis: si vous voulez remettre de l'ordre il y a quelques nécessités à entreprendre:

LES SOLUTIONS
Hélas, la plupart des solutions proposées actuellement ne sont que des pansements provisoires incapables de guérir le système.

Quelles sont les véritables solutions nécessaires.
1- Assainir le capitalisme malade qui reste un système capable de faire progresser l'humanité... Seulement s'il n'est plus malade. Sinon, il la fera MOURIR...
2- Rebatir un système monétaire qui enclenche inexorablement un progrès de l'humanité. (Valeur en référence a des progres et +values pour l'humanite <AVEC INDEPENDANCE DES ETATS>) ce qui n'exclut pas les coopérations ni des possibilités de commerce...mais encadré et controlé.
3- Quand les précédents points auront été batis, l'encadrement des outils (banques d'etat, banques publiques, banques privées, taxations équitables, fiscalité) seront à redéfinir avec des dispositifs justes et équitables.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Examinons (un peu plus) ces points.

1- Assainir le Capitalisme (c'est le PRELIMINAIRE ESSENTIEL PRIMORDIAL)
relire la page suivante pour comprendre:  http://www.confiddata.lu/FR/libre_pensee_2010_06_07_a.htm

Sans une périodicité minimale pour différencier l'investissement boursier du jeu cupide... L'economie sera folle et a la merci de n'importe quelle info meme mensongere...
Cette disposition est un
PRELIMINAIRE INDISPENSABLE. Sans cela, les marchés fous méneront la danse...
(En plein krach, ils continuent de berner le système pour provoquer d'énormes fluctuations artificielles propices à leur racket...)

On veut nous faire croire que les fluctuations sont la conséquence d'un manque de confiance des marchés. C'est FAUX: Il existe une supra finance qui provoque les fluctuations n'importe comment pour se gaver sur les variations.
Je défie quiconque de trouver la moindre logique économique ou autre à ces fluctuations. Il n'y en a pas. Pire, au <nez et a la barbe> du monde, ils provoquent les fluctuations sans la moindre pudeur ni précaution.
Ils disposent de moyens informatiques ultra rapides, capables d'anticiper la tendance, pour placer des ordres massifs et <racler> les marchés qu'ils font descendre et monter à volonté... Ah ! Ah ! Je les entends rire en se moquant du monde.

Mesdames et Messieurs les politiques,
a défaut les peuples, doivent absolument obtenir le rétablissement de la notion d'investissement boursier sur du moyen terme. Le reste n'est que de la spéculation ou du jeu à banir de l'économie réelle. (voire à pénaliser lourdement - grace a une identification formelle des investissements par exemple).

La recette miracle actuelle des politiques c'est de nous raconter: on reprend le controle des banques et on sépare leur activité de dépot et leur activité spéculative.
Il faut le crier: cela ne suffira pas !  ... et le temps passe ! ... Il faut rendre la spéculation impossible pour le système économique réel.

Lire et relire: http://www.confiddata.lu/FR/libre_pensee_2010_06_07_a.htm

Ah, bien sur <Les banques n'auront plus la spéculation pour faire du Fric !..
(avec le fric qu'elles osent perdre: celui des déposants !)>.
Eh bien, justement, le seul moyen de gagner leur croute sera de travailler avec l'économie réelle !
Parcequ'actuellement, les banques, sans le savoir, ne sont que des acteurs inconscients mais tres coupables du racket mondial de la supra finance.
Chaque <petit et moyen> actionnaire, s'imagine pouvoir gagner en manoeuvrant son portefeuille sur son ordinateur alors qu'il n'est que le jouet de la supra finance.
Pire encore pour ceux qui font confiance a leur banque et qui ne savent meme pas exactement ou leur argent est placé (est-ce dans des emprunts douteux ou carrement toxiques ?) Puis un jour, on leur dit désolé mon Pôv Monsieur, <ON> vous l'a mal placé et VOUS avez perdu !

Allez encore un petit effort pour comprendre le ridicule de situation:
Brave épargnant, ton argent va te rapporter 3.5% au lieu de 3% ...
dans UN AN (365 jours). Chouette alors: 0.5% de plus !
Ah mince alors, dans la journée d'hier les placements de votre argent ont perdu 5.45 %. Non, non, pas 5.45% l'an... dans LA JOURNEE... Si, si...
Ah on oubliait de vous rappeler, les 3.5% l'an...
...de toute façon ce n'était pas <net d'impot> !
Quoi ?... vous voulez qu'on vous rende ce qui reste ?
Mais dans le contrat que vous avez signé vous nous les avez <confiés> (re-sic) pour  8 ans. Si on vous les rend avant, cela va vous couter <BONBONS>.
Quoi ? ... Non... mais cela ne va pas la tête... vous voulez qu'on vous le rende quand même ?
Mais mon petit Môssieu... Pour qui vous vous prenez... Si on veut bien !
Je compte sur les humoristes pour en faire de nombreux sketches: Il est temps que le peuple comprenne largement ce qui se passe.

2- Un systeme monetaire valable doit présenter plusieurs caractéristiques:
a- A l'evidence une monnaie doit correspondre a un cadre économique donné. Sa valeur de reference est définie par la valeur de cette economie modulée par une volonté politique pour faire evoluer cette économie.
Vouloir definir une monnaie globale applicable sur des économies hétérogènes est kamikaze. Les compensations nécessaires ne sont pas supportables.
La méthodologie pour niveler les écarts n'est pas la bonne. Il faut les envisager avec des coopérations et laisser a chacun le rythme de leur rattrapage.
Le nivellement (eventuellement avec une monnaie commune) n'ayant lieu qu'en constatant effectivement le rattrapage (quand ce n'est plus une hypothése).

b- Le lien de référence (change) entre monnaie doit être juste et non contestable. Les étalons multi-métal sont peut être la solution mais il y a peut être mieux a trouver.
Definir quelles sont les valeurs les plus utiles au progès de l'humanité avec une relation entre ceux qui les générent et leur monnaie. Les références de change seraient ainsi auto génératrice de progrès pour l'humanité.

c- Bien mieux:
en redimensionnant les conventions monétaires globales on peut remettre à plat <quasiment> du jour au lendemain les problèmes de dette pour repartir sur des bases plus saines. A chacun de gérer ensuite correctement ses déficits avec des règles clairement définies.

3- L'encadrement des outils (banques et fiscalité) ne sera reellement efficace qu'avec la realisation des points precedents.
Pourquoi ? Toute disposition peut être neutralisée par une spéculation criminelle ou un différentiel monétaire fou...

DIFFICULTES pour IMPLANTER les SOLUTIONS
Bien qu'envisageable de maniere partielle, (si un accord global est impossible), il serait largement preferable que les 2 premiers points soient établis à l'échelon planétaire.
Ce n'est pas impossible car l'intérêt public et collectif des états va dans ce sens et les peuples (soudés par internet) peuvent peser largement pour cela.

Dans cette option, l'ONU
(avec une redéfinition des majorités) disposant deja d'une représentation planétaire pourrait être l'acteur susceptible de mener rapidement cette action pour
1- Imposer la réforme des bourses avec une périodicité minimale des investissements (1 mois p. exemple)
2- Redéfinir un système monétaire (le FMI est aussi possible s'il se montre capable de défendre les peuples autrement qu'en les taxant pour rémunérer des financiers cupides)
3- L'encadrement des Outils (banque, Fiscalité) devrait ensuite être laissé aux etats ou aux entités économiques homogènes pour permettre la souplesse indispensable.
Un cadre général peut être proposé à tous pour les aider à tendre vers l'homogenéité, s'ils le souhaitent,  mais sans caractère trop contraignant.

LES OBSTACLES
J'entends d'ici les arguments des contestataires, ceux de bonne foi convaincus autrement, ceux de mauvaise foi qui veulent préserver leurs intérêts égoïstes.
Les éléments de raisonnement qui amènent inexorablement à ces conclusions sont à développer davantage...
Quelques remarques en attendant... car le temps presse !
Certains diront par exemple qu'il faut sauver l'Euro <a tout prix>... et que la sortie sera plus catastrophique que tout.... Mais sont-ils capables de chiffrer ou au moins de connaitre le fond du trou, le <a tout prix> ?
En sortir peut couter mais surement moins qu'y rester et en tout cas il y aura une butee au cout. Il n'y a pas de butee, de maxi si on y reste... C'est un trou sans fond... Un inexorable et perpétuel tonneau des danaides.
Surtout si les spéculateurs racketeurs conservent leur liberté de nuisance... Une honte !
La difficulté de la zone Euro c'est sa disparité qui engendre nécessairement des pouvoirs décalés par rapport aux besoins et aux exigences.
Vouloir établir une gouvernance globale à marche forcée, est utopique et puis c'est obliger ceux qui se sont hissés à un niveau acceptable, à payer (sans limite connue !) pour les autres (qui ne sont pas prêts à 'jouer le jeu') sans aucune contre-partie significative. De la folie !
Le principe doit être différent. Et chacun a la possibilité d'accéder à mieux selon son rythme. Et surtout, il obtient <mieux> quand on constate les résultats réels.
Certains disent: avec des principes comme ceux la, on fait rien. Faux, sans ces principes la: on fait bien pire. Les preuves sont la aujourd'hui.

Nota: Si ce texte vous parait utile ou interessant, merci de le relayer vers vos contacts ou d'en mentionner les références.

Références de cet article

Date de publication : 11 Octobre 2011

eMail de l'auteur:

jcmoreau@confiddata.lu
(à mentionner dans toute diffusion)

Web de l'auteur:
www.confiddata.lu

Lien de cet article
http://bit.ly/n98VZn
(à mentionner dans toute diffusion)